Bienvenue, visiteur! [ S'enregistrer | Connexionrss  |  tw

Poster une Annonce

L’importance de la génétique

Daniel Jacobs | Physique | 19 octobre 2010

Manfred Hörbel annés 1990

Boules en Béton de 120kg, 130kg, 140kg et 150kg Fédération française des jeux de force

 

 

Génétique, génétique, tout n’est que génétique. C’est à mon sens le facteur le plus important en bodybuilding, naturel ou pas. C’est votre génétique qui déterminera les résultats que vous obtiendrez, la cadence à laquelle vous les obtiendrez, le taux de graisse que vous êtes capable d’atteindre sans perdre trop de muscle, la forme de vos muscles, la largeur de votre carrure, la longueur de vos jambes, vos proportions, votre intelligence et capacité à raisonner aussi etc…

C’est un indice clé en bodybuilding, c’est elle qui déterminera la taille maximale que vos muscles peuvent atteindre. De la longueur de vos os dépendra la forme et la taille de vos muscle. On utilise parfois la taille du poignet pour déterminer la taille que peut atteindre le tour de bras. Sous les muscles, il y a les os, et leur densité, leur épaisseur joue donc un role non négligeable dans la taille d’un membre. Prenez deux personnes : une avec un tour de poignet (qui définit normalement le tour de l’os du bras) de 16cm et une autre avec un tour de poignet de 19cm. Ces trois centimètres d’os peuvent influer d’une manière considérable dans le tour de bras. Alors que la personne de p.16cm aura vraisemblablement un tour de bras de moins de 30cm, l’autre frôlera plutôt les 35cm. Cette différence restera même après l’entrainement. Ainsi, la première personne aura des bras de 38cm, alors que la deuxième atteindra les 45cm. Parfois, l’ossature du haut du corps ne reflète pas l’ossature générale, on utilise donc parfois le tour de cheville pour les approximations des tailles atteignables pour les muscles du bas du corps (cuisses, mollets).

« Le basketteur Wilt Chamberlain, le bodybuilder Arnold Schwarzenegger et le catcheur André The Giant.
Acteurs dans Conan le Destructeur
. »

Formule de John McCallum :

tour de poignet x 6, 5 = tour de poitrine
taille = poitrine x 0, 7
bras = poitrine x 0, 36
cuisse = poitrine x 0, 53
avant bras = poitrine x 0, 29
mollet = poitrine x 0, 34
cou = poitrine x 0, 37
hanches = poitrine x 0, 85

Formules de Steve Reeves (probablement pour mésomorphe) :

    1m66 72 kg (5’5″ 160lbs)
    1m70 77 kg (5’7″ 170lbs)
    1m73 80 kg(5’8″ 175lbs)
    1m75 82 kg (5’9″ 180lbs)
    1m77 83 kg (5’10″ 185lbs)
    1m80 86 kg (5’11″ 190lbs)
    1m82 90 kg (6’0″ 200lbs)
    1m85 95 kg (6’1″ 210lbs)
    1m87 99 kg (6’2″ 220lbs)
    1m90 104 kg (6’3″ 230lbs)
    1m92 108 kg (6’4″ 240lbs)
    1m95 113 kg (6’5″ 250lbs)
    Tour de bras = 252% du tour de poignet
    Mollet = 192% de la cheville
    Cou = 79% de la tête
    Poitrine = 148% des hanches
    Taille = 86% des hanches
    Cuisse = 175% du genou 1m68 75 kg (5’6″ 165lbs)

« Kevin Tolbert, un monstre de génétique. Considéré à un moment comme l’homme de 112kg (250lbs)
le plus balèze de la planète. Squat à 30 x 270 kg (600lbs). DC à 15 x 182 kg (405lbs). Très probablement naturel »

Formule de Stuart McRobert (pour ectomorphe ou hardgainer) :

tour des cou, bras, mollet = 40,6 cm (16″)
poitrine relax = 96,5 cm (38″)
cuisse = 53 cm (21″)
taille = 71 cm (28″)

Et pour chaque pouce supplémentaire de taille, ajouter :

6,4 mm (1/4″) aux cou, bras, mollet
19 mm (3/4″) à la poitrine
8,5 mm (1/3″) aux cuisses
12,7 mm (1/2″) à la taille

1 pouce = 2, 54 cm

Quand on commence le bodybuilding avec pour but de devenir « gros » et musclé, on s’imagine dans le futur, avec un corps musclé, et notre tête dessus. Désolé, mais ça ne marche pas comme ça. Chaque corps est unique, avec ses proportions, ses formes, ses « qualité », ses « défauts ». Cela peut en décevoir beaucoup, mais vous n’aurez jamais le corps de Tel ou Tel, même si vous êtes doués génétiquement et utilisez les drogues. La seule chose faisable grâce au bodybuilding est de faire grossir des muscles déjà présents sur le corps, pas de « greffer » les bras de Stallone sur un corps de Ramzy.

Mais ne désespérez pas ! Pratiquement tout le monde peut atteindre les 40cm de bras, et 85kg sec, même si c’est après des années d’effort. Pour certains, cela ne sera qu’une étape et ne prendra qu’une année voire moins, pour d’autres, ce sera une limite quasi-infranchissable. Quand vous faîtes du body donc, ce ne devrait pas être pour ressembler à quelqu’un, mais plutôt pour développer un potentiel jusqu’à ses limites (si elles existent, ce que j’ai du mal à croire). J’ai dit qu’il fallait sans cesse attendre des résultats concret d’une activité, mais cela n’empêche pas qu’il faille aussi savoir reconnaître et apprécier ses résultats. Pour un débutant, 1cm de bras et 3-4 kilos de muscles par mois sont très bon (au début). Puis les progrès en force, et donc en masse s’estomperont avec le temps.

FACTEURS MENTAUX

Le taux de testostérone est variable d’un homme à un autre. Cette hormone est celle – entre autre – qui permet la prise de muscle. Or, cette hormone est également connue pour influencer le « mental » d’une personne, ce qui n’est pas négligeable quand il s’agit de pousser des barres. Un individu avec un fort taux de testostérone aura tendance à être plus agressif qu’un autre individu avec un faible taux. On peut constater cela après une série de squat intense : on se sent réellement plus grand et on est plus agressif, énervé : cela est dû au fait que le squat est connu comme un exercice permettant de libérer cette hormone.
Les progrès d’un individu « agressif » seront plus flagrant que ceux d’un individu « calme » : le premier, avec un moral de batant, n’aura pas peur de l’intensité, de l’échec musculaire et des poids lourds, alors que le second individu aura tendance à éviter de se donner à fond. Qui plus est, le taux de testostérone élevé du premier lui permettra de gagner plus de muscle. C’est pourquoi une préparation est nécessaire avant chaque séance et avant chaque série : il faut « penser GRAND, GROS ». Certaines personnes en danger de mort ont vu leur force se décupler : leur taux d’adrénaline atteignat alors des sommets; si il est impossible d’atteindre cet état volontairement, il faut néanmoins tenter de s’en approcher. L’aide d’un partenaire qui vous pousse jusqu’au bout est essentielle pour se donner à fond, essentielle.

CHANGER DE GENETIQUE ?

Le bodybuilding en soit ne permet pas de « changer » de génétique. Les os peuvent-ils croître avec l’entraînement ? C’est une possibilité, c’est le cas pour les cartilages et les tendons. Mais la génétique de base restera en général la même. Une seule possibilité pour avoir des muscles énormes : les drogues ou la chirurgie plastique. Tous les bodybuilders pros, en plus de leur avantages génétiques flagrants, y ont recours. Si vous êtes défavorisés génétiquement et que votre but est la taille démesurée, oubliez le bodybuilding naturel : les seuls recours sont les drogues (piqûres d’hormones synthétique) et la chirurgie (implants de silicone).

« Coachingsysteme tiens à remercier Bodybuilding2000.free pour cet extrait de texte absolument génial. »

 

Laisser une réponse

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.